Imprimer

Haies

Pourquoi conserver ou  établir des haies à l'intérieur de l'espace rural?

Les haies ont une influence sur :

  • le climat et le micro-climat : effet brise vent, régulation des écarts de température ; mais l'ombre projetée peut être défavorable, suivant la hauteur de la haie.
  • la conservation des sols et leur fertilité : régulation, assainissement, des eaux, protection contre l'érosion, le ravinement.
  • la richesse botanique et zoologique : maintien de l'équilibre naturel, oiseaux, reptiles, insectes, prédateurs luttant contre les ravageurs, faune utile.
  • le paysage, l'environnement : contribution à la beauté, à l'équilibre de la nature, diversification des peuplements. Tous végétaux, arbustes à floraison étalée.

Le brise vent :

  • protège contre les effets mécaniques du vent, favorisant le passage des abeilles et leur rôle pollinisateur.
  • limite les dégâts sur les végétaux (trouble de pollinisation, chute des feuilles dans les vergers), 
  • améliore le rendement, tempère les écarts de climat (micro-climats), freine les pertes d'eau par le sol et par la plante. 
  • maintient l'humidité de l'air : le pouvoir desséchant de l'air sur les plantes est moins important, activité accrue du feuillage, meilleur développement.

L'effet sur les eaux :

  • ralentissement de l'écoulement superficiel des eaux, diminution de l'érosion des sols. 
  • donne à l'eau de pluie le temps de s'infiltrer, 
  • en terrain plat, la présence de fossés le long des haies aide à l'assainissement. 
  • les arbres des haies participent à l'assèchement des sols trop humides et des fossés qui les bordent.

L'effet sur la faune sauvage :

  • refuge pour les rapaces diurnes, nocturnes
  • rôle indispensable dans l'équilibre de la faune sauvage, 
  • lieux d'observation pour ces rapaces, notamment contre les rongeurs qui s'attaquent aux jeunes arbres. 
  • les passereaux, insectivores en majorité, mésanges, rouge-queues, sitelles, rouge-gorges, troglodytes. 
  • les insectes, qui lorsque les haies sont de flores variées trouvent un milieu qui leur fournit à la fois la nourriture et la présence de leurs ennemis naturels capables de les maintenir en équilibre.

Végétaux entrant dans la composition des haies trés hautes :

  • Feuillus, y compris fruitiers : érables divers, charme, hêtre, orme, frêne, chêne, chêne rouge d'Amérique, merisiers, pruniers, poiriers, etc … 
  • Feuillus à recéper : châtaignier, acacia, aulne, sorbier, noisetier, saule, orme, malus, érables, etc… 
  • Résineux : taxus, génévrier,

Végétaux entrant dans la composition des haies à essences buissonnantes :

  • garniture basse de la haie : aubépine, cornouiller, althéa, fusain, troëne, lilas, tamaris, prunellier, symphorine, forsythia, sureau, etc … 
  • ne planter que des sujets de petite taille pour favoriser la reprise et le développement, pour assurer l'effet de garnissage, les arbres et les arbustes seront recépés à 15 cm du sol dès le premier hiver qui suit la plantation.

Travailler le sol profondément puis fumer en surface bien avant la plantation et pailler immédiatement. La plantation se fera en écartant le paillage.

Le paillage (meilleure solution) ou bien le plastique noir évitent l'enherbement et gardent l'eau.

L'efficacité du brise-vent dépend de sa perméabilité au vent et de sa hauteur : il doit être semi-perméable, régulièrement garni, le plus haut possible.

Il peut créer des zones protégées de 10 à 20 fois sa hauteur.

Un véritable micro-climat n'est réalisé que si la zone à protéger est totalement fermée.

Bibliographie de référence :

L'arbre et la haie de Dominique SOLTNER de très nombreuses fois réédité dans la Collection "Sciences et Techniques Agricoles" : plus de 200 pages pour présenter son intéret agricole et l'équilibre écologique qu'elle apporte à la vie rurale.

Affichages : 19898