Europom 2017, c'est passé, Europom 2018 c'est à l'automne prochain.

EUROPOM® 2018
Avant d’être une exposition, Europom® est un groupement européen d’amateurs bénévoles attachés à la sauvegarde du patrimoine fruitier ; Europom® régit le cycle des expositions de variétés fruitières anciennes à travers les pays d’Europe.
EUROPOM® 2018, où Les Croqueurs de pommes® fêteront leurs 40 ans d’existence, se tiendra à Troyes les 27 et 28 octobre 2018 avec quelque 2000 variétés fruitières exposées. Des animations et des conférences accompagneront la manifestation. Une quarantaine d’associations, d’artisans et de producteurs présenteront leurs activités et proposeront leurs produits.

affiche Europom 2018

Europom 2017

logoeuropom

Lors de l’exposition Europom 2017 qui s’est tenue du 5 au 8 octobre à Olomouc en Moravie, à l’est de la République Tchèque, douze pays ont présenté 700 variétés de pommes et de poires du patrimoine fruitier européen à sauvegarder. Les Croqueurs de Pommes étaient présents avec 42 variétés fournies par 20 associations locales. Retour sur expérience.

L’accueil des tchèques

L’organisateur d’Europom 2017 était l’Union tchèque des jardins familiaux et des jardiniers amateurs (Czech Union of Allotment and Leisure Gardeners), une association forte de 170000 membres qui célébrait son soixantième anniversaire. Elle a traité les délégations étrangères avec le plus grand soin tout au long de la manifestation, qui s’est tenue dans le cadre de la plus grande foire annuelle internationale horticole du pays, avec plus de 30000 visiteurs attendus.

Son stand était bien sûr le plus fourni en variétés de fruits et animations diverses. L’association nous a également proposé une série de conférences et de visites qui nous ont permis de découvrir et d’échanger sur les questions de patrimoine fruitier pendant quatre jours d’intense activité.

Les onze autres pays présents étaient la France, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Royaume Uni, la Suède, l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche, la Slovakie et la Pologne.

Qu’est-ce qu’Europom®?

La délégation belge NBS (Nationale Boomgaardenstiching), co-fondatrice d’Europom®, nous l’a rappelé lors de l’ouverture des débats ainsi que dans le livret de présentation de l’exposition, écrit en tchèque et en anglais :

« Europom®, fondé en 1999, est un consortium d’associations essentiellement bénévoles actives en matière de pomologie et de conservation des variétés traditionnelles et locales de fruits. (...) Le concept s’est développé dans les années 80 en réponse à l’industrialisation et la concentration du secteur de la production fruitière. Les vergers traditionnels, généralement composés d’un mélange de variétés traditionnelles, locales et résistantes disparaissaient rapidement. Dans de nombreuses régions d’Europe, des organisations non gouvernementales commencèrent à localiser, étudier et conserver les variétés locales et historiques afin de les préserver pour les générations futures. Les expositions Europom® fournissent à ces organisations l’opportunité de se rencontrer, d’échanger des informations et de bonnes pratiques et elles sont en même temps une bonne vitrine pour la promotion des variétés locales et anciennes auprès du grand public. En général les expositions sont accompagnées d’activités éducatives, de séances de dégustation et d’identification de fruits et de séminaires d’experts. »

La présentation des fruits

Les organisateurs avaient fait construire des présentoirs en bois qui permettaient de visualiser rapidement les variétés de l’ensemble des pays dans un espace d’exposition relativement restreint. Trois fruits de chaque variété furent exposés.

Europom2017 1

L’espace d’exposition des variétés traditionnelles et locales à Europom 2017.

Europom2017 2

Le stand des Croqueurs avec ses 42 variétés de pommes françaises classées par ordre alphabétique.

La présentation des fruits a suscité de nombreux échanges.

Par exemple l’Api noir fournie par les Croqueurs du Cantal fut l’occasion d’une discussion avec les autrichiens et les allemands, car une « Schwarzer api » (= Api noir en allemand) était également exposée sur le stand autrichien. Un collègue allemand nous fit remarquer, photo à l’appui, que l’Api noir du stand français était plus proche de l’Api noir répertoriée sur le site Internet de la National Fruit Collection britannique (NFC, basée à Brogdale, Royaume Uni), une institution qui fait référence en matière d’identification des variétés du patrimoine fruitier mondial. La ressemblance était en effet frappante. Après de plus amples investigations, je remarquai que l’accession de l’Api noir dans la NFC datait de 1952, période d’après-guerre à laquelle de nombreux greffons lui ont été envoyées par le Centre de Recherches Agronomiques du Domaine de Mon Désir à Clermont Ferrand (je l’avais constaté en consultant les archives de la NFC à Brogdale cet été). L’Api noir cantalienne présente sur le stand français et l’Api noir photographiée à la National Fruit Collection britannique avaient peut-être la même origine locale.
La NFC, dont le verger conservatoire comprend 2500 variétés de pommes du monde entier, décrit l’Api noir comme une variété ancienne originaire de France et reconnue internationalement. Elle précise qu’on la trouve dans d’autres pays d’Europe sous des synonymes comme « Black lady apple » au Royaume Uni et « Swcharzer api » dans les pays germaniques. L’Api du stand autrichien était peut-être un peu plus rouge, mais c’était en effet certainement la même variété, qui a beaucoup voyagé ! Une analyse génétique pourrait le confirmer.

Europom2017 3

La petite Api noir sur le stand des Croqueurs.

La Bramley, la variété de pomme à cuire la plus fameuse au Royaume Uni, est un autre exemple de ces variétés étrangères qui ont traversé les frontières nationales et sont maintenant listées dans les patrimoines fruitiers d’autres pays :

Europom2017 4

La Bramley britannique, plus rouge qu’à l’ordinaire, sur le stand néerlandais de la NPV (Noordelijke Pomologische Vereniging).

Le stand de la Pologne a retenu l’attention pour une autre raison, la grande taille de ses fruits.

Europom2017 5

7 des 42 variétés du stand de l’Institut de recherche horticole polonais InHort.

Le pomologue polonais qui représentait son pays a aussi aidé nos amis belges :

Europom2017 6

Cette grosse pomme que la NBS belge souhaitait identifier serait d’origine russe d’après le pomologue polonais qui en écrit le nom ici.

Séance de dégustation

Le matin du 5 octobre eut lieu une séance de dégustation pendant laquelle chaque association présenta une ou deux variétés de pommes, parlant de ses origines et de ses caractéristiques.

Les Croqueurs firent goûter la Tronquière, variété du nom d’un petit village du Lot. L’intérêt de cette variété était son histoire et le degré de maturité parfait des deux kilos que nous avions envoyés. Cette pomme douce et sucrée était en effet restée croquante et juteuse à souhait après son voyage d’une semaine à température ambiante dans un carton à bananes. Quant à son histoire, un soldat qui avait ramené un greffon d’Alsace à la fin de la première guerre mondiale, elle montrait combien certaines variétés peuvent s’adapter avec succès à un nouveau terroir au point d’en prendre le nom, sous l’effet à la fois de la bonne performance des arbres et de l’accueil que lui a réservé la communauté locale.

Cette dégustation fut une première opportunité de faire connaissance avec la jeune délégation slovaque, qui allait s’avérer particulièrement active dans l’analyse sensorielle des variétés présentes à Europom 2017, observant et goûtant à tout va et proposant une panoplie intéressante de variétés de leur pays y compris de petites pommes sauvages de la taille d’une grosse cerise.

Europom2017 7

L’équipe jeune et dynamique de slovaques proposant leurs variétés à la dégustation.

Journée de conférences

Dix conférences se sont succédées le 6 octobre, en tchèque avec traduction simultanée en anglais. Un CD-Rom des présentations de la journée nous a été remis, qui contient de nombreux visuels et certains commentaires en anglais.

Elles nous ont permis de découvrir la tradition pomologique de la République Tchèque, les actions menées pour recenser et préserver le patrimoine fruitier du pays et les particularités de son paysage, par exemple la présence de nombreuses allées d’arbres fruitiers bordant les routes de sa campagne, dont nous avons demandé l’origine à une conférencière. Nous avons appris que l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche avait demandé dès 1752 par décret la plantation de telles allées.

Europom2017 8

Un livre de pomologie tchèque datant de 1937, aux illustrations remarquables.

En parallèle des conférences j’ai trouvé les chiffres suivants, qui devraient nous faire réfléchir : le département pour la protection de l’environnement de la ville de Prague, dont l’agglomération compte un peu moins d’1,5 million d’habitants, entretient 51 vergers couvrant une surface de 68 hectares, plus 14 allées d’arbres fruitiers d’une longueur totale de 2,85 km. Au cœur de la ville, non loin du château, se trouve un verger de plus de 2000 arbres, le « Seminary Garden », qui comme la plupart des autres vergers est en accès libre au public.

Europom2017 9

Un autre verger à proximité du château de Prague, le verger de Strahov, récemment rénové. Photo 9 octobre 2017.

Les études du docteur en sciences sociales et politiques tchèque Petr Jehlička, basé au Royaume Uni, montrent que la tradition du jardin nourricier, si elle est sans doute en déclin sur le long terme comme en Europe de l’ouest, est toujours bien ancrée dans la vie des tchèques de toutes origines sociales et plus généralement des habitants d’Europe centrale et de l’est.

N’aurions-nous pas intérêt à renforcer nos relations avec nos voisins de l’est pour mener à bien nos missions ?

Visite du Palais de Kroměříž

Cette visite d’une journée organisée le samedi 7 octobre fut l’occasion de découvrir le verger en début de reconstruction de ce monument classé au patrimoine mondial de l’humanité, ainsi qu’une exposition de lithographies des jardins de grandes demeures d’Europe au dix-septième siècle.

Europom2017 10

Le jardin ornemental du palais de Kroměříž. Photo Klaus Strasser, de la délégation autrichienne.

Europom2017 11

Notre guide s’appuyant sur une lithographie de 1691 pour nous présenter le plan de rénovation du verger attenant. Photo Klaus Strasser.

L’après-midi, nous participâmes à un atelier dont l’objectif était de partager nos connaissances des pratiques arboricoles de l'époque (plan des vergers, techniques horticoles, variétés prisées) avec nos hôtes en vue de faciliter leur travail de recherche et de développement pour l’aménagement du verger.

Les Croqueurs apportèrent une contribution significative grâce à l’envoi par l’association d’Île de France d’une série de documents dont des informations recueillies auprès des Amis des Granges de Port Royal dans le cadre de la rénovation récente de leur verger du dix-septième siècle au sud-ouest de Paris. J’ai pu ainsi guider nos amis tchèques vers des ressources bibliographiques comme les traités d’arboriculture d’Arnaud d’Andilly et de Jean-Baptiste de la Quintinie. J’ai pu aussi dessiner les espaliers, contre-espaliers et autres buissons qui sont apparus à cette époque avec les mensurations recommandées au milieu du dix-septième siècle, le verger de Kroměříž ayant été créé dans les années 1660. Les britanniques de la Royal Horticultural Society ont quant à eux décrit avec humour l’échec de la rénovation d’un verger de l’époque victorienne au Royaume Uni du fait d’une mauvaise appréciation de l’écosystème local, démontrant ainsi l’importance de la présence des arboriculteurs aux côtés des conservateurs de musée et des autres professionnels impliqués dans ce genre de projet.

Il y a tant à dire sur le Palais de Kroměříž, le développement de l’arboriculture du dix-septième au dix-neuvième siècle en Europe et les enseignements que nous pouvons en tirer pour nos pratiques arboricoles dans les sociétés contemporaines. Cela fera l’objet d’un nouvel article.

En conclusion, il ne fait aucun doute pour moi que les expositions Europom® sont l’occasion d’un enrichissement mutuel déterminant pour l’avenir des causes que nous défendons, d’autant plus que les connexions du monde d’aujourd’hui ne sont plus limitées aux élites intellectuelles, politiques et économiques de nos pays, voire religieuses comme ce fut le cas à Olomouc du temps de la grandeur de Kroměříž. Nous pouvons donc tous apporter notre pierre à l’édifice.

Europom 2018 en France à Troyes les samedi 27 et dimanche 28 octobre 2018 sera l’opportunité de nouveaux échanges et nous pouvons espérer que nos amis d’Europe centrale et de l’est, qui nous ont si bien reçus cette année à Olomouc, seront parmi nous pour y célébrer les quarante ans de notre association.

Jean-Jacques Lescure
Croqueurs de Pommes du Cantal
Auteur du blog https://lesjardinsdici.com